L’abcès au pied chez le cheval, la plaie.

abces au pied du cheval

Cet article est une contribution au blog de mon amie Lilie, propriétaire de deux équidés vivant pieds nus et au pré sur sa propriété. Dans sa grande gentillesse, elle nous fait part de son expérience concernant cette pathologie particulière : l’abcès au pied chez le cheval. J’espère que vous saurez accueillir cette chouette contribution comme il se doit, avec bienveillance et bonté, comme toujours. A très vite, Sarah.

Avant-propos : J’ai eu l’occasion d’avoir à faire à trois abcès au cours de ces deux dernières années, abcès qui s’avèrent être fréquents chez nos chers compagnons, il m’a semblé alors utile de vous écrire ce petit article. Au fil de la lecture, gardez à l’esprit que mon avis et mon expérience ne se substituent pas à celui d’un podologue ou d’un vétérinaire ! — Lilie Bedos.

Qu’est ce qu’un abcès ?

L’abcès au pied est une pathologie fréquente chez le cheval. Un abcès est une accumulation de pus provoquée par une infection. Le pus, formé d’un mélange de cellules mortes, de bactéries et de globules blancs, s’amasse et forme une poche.

Comment déceler l’abcès chez le cheval ?

Plusieurs signes peuvent vous permettre de déceler un abcès (avant que ce dernier ne perce) :

  • La boiterie : souvent d’intensité élevée et d’apparition brutale, elle est le signe clinique principal lorsqu’il s’agit d’un abcès. Cela peut aller du cheval qui boite légèrement au pas et au trot, jusqu’à un cheval qui refuse totalement de s’appuyer sur son pied. Dans la majorité des cas, la boiterie est très sévère mais le cheval arrive tout de même à poser son pied.
  • Le pouls digité frappé : en temps normal, celui-ci est absent, il apparaît lorsqu’une inflammation est présente. Pour savoir comment prendre le pouls digité chez le cheval, je vous laisserai vous référer au document de KC LaPierre que je vous joins en bas de l’article.
  • Le sabot est chaud et douloureux ce qui est le signe d’une inflammation.
  • L’engorgement.
  • Un engorgement du membre.
  • L’apparition d’une fistule en couronne.

Localiser l’abcès à l’intérieur du pied

Comment s’y prendre ?

Le sabot n’est pas extensible. Par conséquent, le développement d’une « grosseur » à l’intérieur du pied va causer une hausse de la pression dans la boîte cornée qui aura pour effet de provoquer une douleur parfois extrême.

Si une fistule est apparue en couronne, il est probable que l’abcès soit localisé tout proche.

Si rien n’est visible sur le sabot de votre cheval, le plus efficace pour localiser l’abcès sera alors de sonder le pied du cheval à l’aide d’une pince. Dès lors que le cheval présente une douleur en un point précis à la pression de la pince, c’est qu’un abcès se trouve probablement à cet endroit.

Attention :

Le fait de sonder le pied ne permet en revanche pas de déceler un abcès à tous les coups. En cas de doute, faites toujours appel à votre podologue, votre maréchal ou votre vétérinaire. D’autres pathologies peut-être même plus graves, comme la fourbure (qui est un basculement de la dernière phalange à l’intérieur de la boîte cornée) peuvent causer des symptômes similaires. Faites-vous toujours accompagner par du personnel de santé compétent et de confiance.

Mon expérience : les abcès au pied d’Idéal

Pour ce qui est de mon cher Idéal, son premier abcès a provoqué chez lui une boiterie aiguë. Pendant une semaine environ ses déplacements étaient quasi-impossibles et j’ai pu noter la présence d’un pouls digité frappé. Même chose pour les deux abcès qui ont suivi, si ce n’est que la boiterie était bien moins importante et qu’elle n’a duré que quelques jours. 

Faire “sortir” l’abcès du pied du cheval :

Pourquoi faut-il que l’abcès perce ?

Une fois l’abcès percé, les symptômes exposés plus haut vont disparaître très vite. En effet, en perçant, le pus contenu dans l’abcès va pouvoir s’écouler. Ainsi la douleur causée entre-autres par la pression exercée à l’intérieur de la boîte cornée descendra jusqu’à revenir à la normale.

Comment puis-je aider mon cheval à “sortir” l’abcès ?

Faire maturer l’abcès avec une méthode maison :

Pour accélérer le phénomène de “sortie” de l’abcès il est possible de faire un cataplasme à l’aide de graines de lin cuites, humides et encore chaudes. Il faudra renouveler ce cataplasme tous les jours sur la sole afin de ramollir la corne du sabot et d’aider à la maturation de l’abcès. Généralement, on utilise pour ça une couche pour bébé. On la remplit avec les graines de lin bouillies et on vient la poser comme une chaussure sous le pied atteint. Pour finir, on scotche le tout avec du chatterton ou du scotch d’électricien.

Appeler le vétérinaire :

Certains vétérinaires préfèrent creuser la paroi du pied afin de trouver la poche de pus et ainsi faciliter le drainage de l’abcès, mais bon courage pour éviter l’infection en suivant… 

Quel est mon point de vue sur ces méthodes ?

Mon cheval sait se débrouiller seul

Ce sont deux techniques que j’avoue n’avoir jamais essayé sur Idéal. Ses trois abcès ont percés chacun en moins d’une semaine. A mon avis, et encore une fois cela ne tient qu’à moi, mieux vaut laisser faire la nature dans un premier temps, quitte à l’aider avec un cataplasme, l’intervention du vétérinaire n’est à envisager que dans un second temps, si l’abcès se fait trop désirer.

Pourquoi l’intervention vétérinaire n’est pas toujours souhaitable

Un abcès a toujours lieu d’être : il n’apparaît pas par magie. Creuser la paroi reviendrait à sensibiliser davantage le pied : la cavité creusée par le vétérinaire sera bien plus importante que celle que l’abcès aurait formé en perçant de façon naturelle.

D’autre part une intervention humaine peut favoriser le retour de nouveaux abcès. Le pied n’aura pas pu éliminer correctement les corps étrangers : les globules blancs n’auront pas terminé leur travail puisqu’on n’aura jamais laissé le temps au nécroses de se liquéfier suffisamment. Souvent ces restes de nécroses vont avoir tendance à former une nouvelle poche… et donc un nouvel abcès.

Y a-t-il des choses à éviter lorsque mon cheval souffre d’un abcès au pied ?

Eh bien… Oui ! en voilà une liste assez courte :

  • Rentrer en box un cheval qui vit habituellement au pré. La marche, en stimulant le pied, accélère la sortie de l’abcès. D’autre part il faut veiller à ce que le mental reste bon, et l’enfermement est rarement perçu comme bénéfique par les chevaux.
  • Vouloir ferrer ou re-ferrer. Souvent, cette solution est envisagée dans le but de limiter les dégâts liés à l’abcès. Pourtant, c’est contre-productif. Le fer viendra limiter la souplesse et la mobilité de la boîte cornée et en aucun cas n’aidera les tissus à guérir ou à se renforcer. Si votre cheval est pieds nus, laissez-le pieds nus !
  • Utiliser des anti-inflammatoires. Ils auront tendance à ralentir le processus de mûrissement de l’abcès.

Les causes d’un abcès au pied chez le cheval⠀⠀⠀⠀ 

Venons-en au plus intéressant, les causes des abcès. Ce qui est bien, c’est qu’elles ne sont pas nombreuses. Deux ! Un abcès aura une cause soit infectieuse soit posturale. On parle alors d’un abcès septique ou d’un abcès aseptique, en gros, avec ou sans infection. 

L’abcès postural ou aseptique

On a souvent tendance à oublier et à sous-estimer le fait qu’un abcès puisse être causé par un problème de posture. Autrement dit, par un excès de force exercé sur le pied. Cet excès de force peut être le résultat d’un surpoids (coucou Idéal), d’une compensation du postérieur opposé, d’une mauvaise posture générale, etc.

Tous ces petits défauts physiologiques peuvent être accentués par des facteurs externes : un terrain collant, un pré en pente ou par des facteurs internes comme le simple besoin de la venue d’un ostéopathe. C’est le cas pour le second d’abcès d’Idéal qui est sorti en pince. Ce genre de sortie caractérise un excès de force exercé sur l’avant d’un membre. Dans le cas d’Idéal, l’antérieur gauche. Cet excès de force est le résultat du report de poids effectué pour compenser la boiterie liée à l’effondrement de la paroi de l’antérieur droit (causée par le premier abcès). 

La cause infectieuse ou septique

C’est la cause la plus connue. En effet, l’abcès est un moyen pour l’organisme d’éliminer des toxines ou des bactéries. Les globules blancs combattent les corps étrangers et l’abcès se forme. La question à se poser sera donc la suivante : d’où proviennent ces toxines ou ces bactéries ?

La plupart du temps, elles peuvent venir d’une intoxication alimentaire : ingestion de glands ou autre aliment toxique que le cheval élimine via son abcès.

L’entrée d’un corps étranger dans le pied tel qu’un clou ou un caillou peut également être la cause de cet abcès (on parle alors d’origine traumatique). Le corps étranger vient créer une lésion, le plus souvent une bleime, qui favorisera l’apparition d’une infection au sein du pied.

Enfin, l’environnement y est souvent pour beaucoup : la présence d’humidité, provoquée par un pré boueux ou un box mal entretenu, rend la corne plus perméable. Ces facteurs vont faciliter la prolifération de bactéries sur et dans la corne.

La localisation de sortie de l’abcès ainsi que la période de l’année sont d’excellents indicateurs pour identifier la cause de l’abcès. 

Comment soigner l’abcès au pied de mon cheval ?

Les soins à apporter au pied, puis au cheval, sont divisés en deux catégories : les soins curatifs et les soins préventifs. Une fois l’abcès percé, le plus important est de prévenir l’effondrement de la paroi du pied. L’effondrement peut-être entraîné par la formation de fourmilières à l’intérieur du pied suite à l’entrée de nouvelles bactéries.

Après la sortie de l’abcès :

Après la sortie de l’abcès, il est primordial de conserver un pied sain. Pour cela la meilleure solution est souvent de combler la cavité laissée par l’abcès. Le Hoofstuff est un produit tout indiqué pour remplir ce rôle. Il faudra le renouveler dès qu’il n’y aura plus de produit dans le pied : environ deux ou trois par semaine. On peut combiner la pose de Hoofstuff avec du Trushender en vaporisation. Je n’ai pas eu l’occasion de tester ce produit mais il m’a été recommandé pour son efficacité par plusieurs podologues.

Une autre solution consiste à réaliser des bains de pied, deux à trois fois par semaine. Dans de l’eau tiède, on dilue du vinaigre blanc ou du bicarbonate de soude avec de l’huile essentielle de tea tree et/ou de la lavande vraie. 

En cas de pépin !

Si malgré ces soins la paroi du pied vient à s’écrouler à la repousse, pas de panique ! Il reste une solution. la résine américaine ou Perfect Hoof Wear (PHW). La résine va venir se substituer à la paroi du pied et limiter voire stopper la boiterie causée par l’écroulement. Si vous en êtes à ce stade, mon meilleur conseil reste de faire intervenir un professionnel qualifié. La pose de Perfect Hoof Wear est délicate : elle n’est pas réalisable par tous. Cette pose est généralement précédée par un bain de Cleantrax qui est un puissant assainissant. 

Que faire après que mon cheval ait souffert d’un abcès ?

Une fois le pied guéri, il sera important de faire intervenir un ostéopathe afin de régler les dysfonctionnements liés à la boiterie causée par l’abcès. D’autre part, l’ostéopathe pourra également soit régler (dans le meilleur des cas) soit vous donner un protocole pour pallier aux problèmes posturaux de notre compagnon.

Trois produits à bannir de votre trousse de soins après un abcès :

  • le goudron de Norvège ou Pine tar : il retient l’humidité autour et dans le pied et favorise la prolifération de nouvelles bactéries. Et donc potentiellement, il favorise l’apparition d’un nouvel abcès.
  • la javel : il y a de vieilles traditions qui ont fait entrer la javel dans nos soins aux chevaux. Pourtant, fort à parier qu’aucun de vous n’irait spontanément faire tremper son bras dans un bidon de javel… Voilà. La javel est un agent chimique toxique qui tue les tissus (sains comme nécrosés)
  • le soufre : certaines pharmacies conseillent le souffre comme désinfectant… Stop ! C’est un agent corrosif.

Les gestes clefs pour prévenir l’apparition de nouveaux abcès sont alors les suivants :

  • Réduire l’humidité présente dans l’environnement du cheval. On peut par exemple restreindre l’accès aux zones boueuses dans les prés. Il est aussi possible de stabiliser (ou remblayer) les zones les plus visitées des pâtures pour prévenir l’apparition de boue. Enfin, on n’oublie pas de curer régulièrement l’abri ou le box.
  • Limiter l’embonpoint. Une prise de poids excessive peut faire apparaître un abcès, son origine sera donc posturale (ou aseptique). 
  • Assurer un suivi ostéopathique régulier. Votre cheval ne s’en plaindra pas, et cela peut prévenir d’autres pathologies tout aussi pénibles qu’un abcès.
  • Entretenir les pieds régulièrement. On pense donc à les curer attentivement, et surtout à faire passer son podologue ou son maréchal. 
  • Encourager la marche. Un cheval qui se déplace, c’est un cheval en santé. La marche active entre autres choses la vascularisation du pied. Elle est également bonne pour le transit, alors pas de raisons de s’en priver !

L’abcès au pied chez le cheval n’est jamais à prendre à la légère et cet article ne se substitue en aucun cas au diagnostique éclairé d’un vétérinaire, d’un podologue ou d’un maréchal.

 

Lectures complémentaires sur l’abcès au pied chez le cheval :

abces pied cheval pouls digité frappé abcès pieds cheval pouls digité frappé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *